L’avis de Philippe, retraité bricoleur concernant les aspirateurs de chantier

Seul le Bosch semble, sur la base de mes recherches à ce jour, susceptible de bénéficier de l’appellation « aspirateur de chantier ». Il faut être très prudent sur le contexte, surtout en regard de ce que vous souhaitez faire. Pour les chantiers classiques, avec un mini de poussières fines, soit. En revanche, si les travaux génèrent une quantité conséquente de poussières fines issues du béton, bois, et surtout plâtre, aucun de ces appareils dit « de chantier » ne répondra présent pour long terme.

Pour ma part, j’ai commencé par un WD 5600, qui à craqué après de petits travaux de surfaçage carreaux de plâtre. Karcher a consenti à me le remplacer – très bien certes, mais… par un WD 7700 P (sac filtrant, plus filtre intermédiaire papier « alvéolé ») ; sans prendre en compte mon souhait d’avoir, même avec rallonge financière, un appareil correspondant à mes besoins (rénovation futures d’intérieurs chez mes enfants et moi-même, avec de nombreuses finitions sur supports base plâtre).
Aujourd’hui… galère : une turbine cramée, un besoin de démontage systématique du haut de l’appareil du fait de l’envahissement par ces poussières. Réponse de la marque : aspirateur grand public, donc…

Différence entre gd public et professionnel ? Le coup de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine !

Attention à la politique de la marque, qui présente cette gamme pour cette nature d’intervention, mais ne vous dit pas tout.
Ce n’est pas, de mon avis, avec des appareils à bas coût que vous serez tranquilles pour des chantiers sur plâtre (sauf à tout ramasser avant à la pelle, et n’aspirer que le restant ! Bonjour le temps, les préparations préalables, etc… qui n’empêcheront pas, de toute façon, la diffusion de ces poussières !

Je ne suis pas un professionnel, bricole par période à la rénovation intérieur (par pièces) chez moi et mes enfants. Mais dans ces cas, effectivement, on pourrait assimiler ces interventions à « du professionnel ». Et tout protéger : j’ai tenté, ce qui prend beaucoup de temps, sans succès.

1 – La première question à se poser touche l’utilisation que l’on fera de l’appareil : nettoyage domestique ? petits travaux (faible ampleur, et matériaux peu volumineux)? Travaux récurrents (ou grosse intervention, également susceptible de se répéter) ,
2 – ensuite, quelle sera l’attente vis-à-vis du matériel :

  • simple poussière ?
  • gravats (petite démolition) ?
  • présence de poussières fines (bois, plâtre…..), qui sont les plus pénalisantes pour les appareils.

Ce dernier paramètre va orienter vers la capacité à faire : puissance, dépression, mais également niveau de filtration pour le diamètre de particules : L, M (voir la définition, qui caractérise leur grosseur / unité de volume).

Vous trouvez dans l’ensemble du matériel sur le web des appareils dits « de chantier », mais qui ne sont en réalité que des outils dits « grand public », donc pas vraiment à même de satisfaire dans le dernier alinéa ci-dessus.
Il ne faut en effet pas espérer de bons résultats (efficacité, et surtout durée) en utilisant une ponceuse branchée sur un « aspi basique » pour du surfaçage d’un enduit type plâtre.
C’est le gros souci actuel ; et nombre de marques diffusent des publicités que je juge mensongères ! Elles vous rétorqueront qu’il n’en est rien ; car elles jouent en effet sur une limite entre grand public et professionnel plus que vague (ce que j’imageais par la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine !).
C’est le cas dans lequel je me trouve.

Je suis en effet désormais retraité, mais bricole bcp depuis longtemps (il me sera plus facile de vs dire ce que je n’ai pas fait à la maison !). Mes travaux n’ont jamais été sur long terme, consistant en la rénovation par période d’une pièce. En revanche, leur contenu comprend quasi toujours des prestations avec plâtre (carreaux de plâtre, enduit, ….). Si, pour chaque cas, j’ai effectivement contenu les incidences par un isolement de la zone, je n’ai jamais pris le temps d’un ramassage au détail des résidus, mais utilisé chaque fois l’aspi : plus rapide et plus efficace.
A titre de complément de précision pour donner ma vision : le travail démarré, je ne souffre pas la carence d’un appareil.

De fait, j’ai toujours opté pour des marques dont la qualité est reconnue (Métabo, Makita, accessoirement AEG ou Bosch professionnel).
Exemple : utilisez une ponceuse autre que Métabo pour du ponçage de plâtre (ou autre marque dans la gamme non professionnelle) ! Celle que j’avais achetée il y a……..une vingtaine d’année est toujours en service, après avoir « avalé » tous types de revêtement. Elle ne m’a posé qu’un souci : panne pour charbons usés ! Je l’ai remise en service, toujours aussi vaillante.

Pour l’aspirateur, j’ai fait confiance….et me suis trompé !
Pour cet appareil, et plus que pour les autres, il ne faut pas hésiter à solliciter les vendeurs et les titiller par rapport à l’utilisation que vs allez en escompter (selon les propos au début du présent).
ET là, vous verrez que le discours n’est plus celui que vous obtenez avec la même recherche sur internet.
Pour les 2 premières attentes que j’évoquais (alinéas *), le choix d’un appareil peu onéreux est possible, avec la graduation selon vos souhaits.
Pour le dernier cas, autre niveau qualitatif, et donc autre budget : plus de 400 € (et encore considérant une utilisation périodique).

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *